ISLAM & NEOM (suite): Le corps qu’a vu Salomon ?

Seyed Yahia Gouasmi nous livre ici une vision sans précédent de ces versets, en nous plongeant dans la Révélation et ses secrets. Il nous dévoile une fois de plus comment le cœur du chercheur, éperdu d’amour pour son Créateur, réussi à se placer au sein même du Livre pour en devenir l’acteur et en vivre les enseignements. Loin des interprétations figées ou historisantes, les versets deviennent ainsi des signes vivants pour ceux qui tentent de comprendre la « Parole ». Une « Parole » qui est « hors du temps » et qui nous transporte, pour peu que l’on vienne avec un cœur sincère, assoiffé de connaissance et d’amour. Une « Parole » qui place l’actualité passée, présente ou future, au cœur même du Livre Saint, qui apparait alors comme un véritable « mode d’emploi de la vie », tant individuel que pour l’Humanité prise dans son ensemble. Il est ainsi question dans la vision de ces versets, de sujets insoupçonnés, comme l’Intelligence Artificielle, le « veau d’or », le royaume du dajjal et celui du Messie. Autant de signes « pour ceux doués d’intelligence », qui « méditent » et « réfléchissent ». Ceux qui tentent de comprendre et de vivre cette « Parole », dont Seyed Yahia Gouasmi nous explique une nouvelle fois qu’elle est la clef. Sourate 38 « SAD » 29. [Voici] un Livre béni que Nous avons fait descendre vers toi, afin qu’ils méditent sur ses versets et que les doués d’intelligence réfléchissent! 30. Et à David Nous fîmes don de Salomon, – quel bon serviteur! – Il était plein de repentir. 31. Quand un après-midi, on lui présenta de magnifiques chevaux de course, 32. il dit: «Oui, je me suis complu à aimer les biens (de ce monde) au point [d’oublier] le rappel de mon Seigneur jusqu’à ce que [le soleil] se soit caché derrière son voile. 33. Ramenez-les-moi.» Alors il se mit à leur couper les pattes et les cous. 34. Et Nous avions certes éprouvé Salomon en plaçant sur son siège un corps. Ensuite, il se repentit. 35. Il dit: «Seigneur, pardonne-moi et fais-moi don d’un royaume tel que nul après moi n’aura de pareil. C’est Toi le grand Dispensateur».

Commentaires

Commentaires