L'Émir Abdelkrim Khatabi (1882 - 1963)
Publié par le

L’Émir Abdelkrim Khatabi (1882 – 1963)

C’est le révolutionnaire du Maroc, l’Émir Abdel Karim Khatabi. Il naquit en 1882 dans la ville d’Ajdir (Maroc) dans une famille de savants et de résistants.
Son père l’envoya étudier à la mosquée de Karawiyine à Fès. Il revint au Rif et s’établit à Melilla où il travailla comme juge. Son père était très opposé à la colonisation.

Après la mort de son père, Khatabi unifia les partisans et les tribus quand il devint chef. Il entreprit de multiples batailles contre les Espagnols et les Français, il réalisa de nombreuses victoires. Après la Bataille d’Anoual, l’Espagne se sentit humilié et prépara une armée pour détruire sa ville Ajdir, mais il résista héroïquement et obtint plus de victoires.

Il a pu récupérer la ville de Chefchaouen où il a pu établir la République du Rif, où il instaura une constitution et des lois s’inspirant des enseignements de l’islam.

Abdel Karim el-Khatabi a continué de militer et de combattre pour libérer le Maroc du protectorat Espagnol. Il a soutenu les mouvements de libération en Algérie, en Tunisie et en Libye. Il refusa d’être un suiviste.

Son humanité attirait les cœurs de ses hommes, il leur disait : « Je ne vois dans l’existence que la liberté, et toute chose sans liberté n’a pas de sens, et la colonisation meurt en détruisant son économie et elle sera enterrée par les armes des Mujahiddines (résistants) »

Les Espagnols et les Français se sont unis pour combattre l’Émir Abdelkrim Khatabi.Il entreprit une guerre féroce sur deux fronts qui l’ont usé et usé son armée jusqu’à sa défaite.Il fut contraint de se rendre en 1926.
Les Français l’ont déporté dans l’Île de la Réunion dans l’océan Indien où il passa 20 ans de sa vie. Il put ensuite rejoindre l’Égypte à l’âge de 65 ans. Dés qu’il put s’établir au Caire, il commença par former le noyau de l’armée de libération, ceci fut le point de départ pour libérer tout le Nord de l’Afrique du colonialisme.
Il continua à résister jusqu’à son décès au Caire (Égypte) en 1963. Il fut enterré dans le cimetière des martyrs, dans la ville Abbassiya à l’âge de 81 ans.

Concluant sa vie avec cette parole :

« Il n’y a pas de réussite ou d’échec, de victoire ou de défaite, mais quelque chose qui s’appelle le devoir et je l’ai entrepris à la mesure de mes forces ».

telegramPour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join » En savoir plus: https://telegram.me/centrezahrafrance
15 février, 2015 Documentaires, Multimédia Vidéo
plus février 15, 2015

2 comments

Comments are closed.

Commentaires Facebook