Le 24 Dhul-hijja de l'an 10 de l'Hégire est le jour de la mubâhalah, l’ordalie d'exécration.
Publié par le

Le 24 Dhul-hijja de l’an 10 de l’Hégire est le jour de la mubâhalah, l’ordalie d’exécration.

Le Messager de Dieu (p) appela en ce jour les chrétiens de Najran à invoquer l’exécration de Dieu contre la partie injuste.

La province de Najran, avant l’avènement de l’Islam, était la seule province du Hijaz qui s’était libérée du polythéisme en adoptant la religion chrétienne.

Le Saint Prophète de l’Islam, Mohammed (p), invita par lettre les chrétiens de Najran à l’Islam.

Les ambassadeurs du Saint Prophète soumirent la lettre à l’évêque qui la lut et convoqua un conseil composé de personnalités religieuses et commerçantes pour prendre une décision. Le conseil décida d’envoyer une délégation à Médine pour rencontrer le Saint Prophète et s’enquérir des arguments en faveur de sa prophétie.

Soixante personnalités de Najran constituaient cette délégation parmi lesquelles trois religieux de haut rang.

La discussion avec le Prophète Mohammed (p) ne les a pas convaincus.  La délégation s’obstine à voir en Jésus, le fils de Dieu alors que le Prophète Mohammed (p) les appelle à l’unicité de Dieu et à adorer l’unqiue.

A ce moment là, l’ange de la Révélation descendit et apporta le verset de l’exécration réciproque et ordonna au Saint Prophète d’exercer l’exécration réciproque vis-à-vis de ceux qui polémiquent avec lui sans accepter la vérité :

«  A ceux qui disputent avec toi à son sujet, après la science qui t’es accordée, dis leur : « Venez, appelons nos fils et les vôtres, nos femmes et les vôtres, nos âmes et les vôtres, puis proférons exécration réciproque en appelant la malédiction de Dieu sur les menteurs. » »

 (sourate la Famille de Imran, verset 61)

Il fut convenu que les deux parties se rencontrent le lendemain afin que la vérité se fasse jour.

 

Cependant, ce jour-là, lorsqu’ils virent le Prophète (p) arriver avec les membres les plus proches de sa famille, qui était sa fille, Fatima (p), son gendre, l’Imam Ali (p), ses petits-fils, Hassan (p) et Husayn (p), ils comprirent donc leur vérité et refusèrent de faire l’exécration réciproque. Ils proposèrent de payer l’impôt annuel en contrepartie de la sécurité pour leur vie et leurs biens.

 

Le Saint Prophète donna son accord et dit : « L’ombre menaçante du châtiment s’était répandue sur le visage des délégués de Najran et s’ils s’étaient exécuté pour l’exécration réciproque, ils auraient perdu leur apparence humaine et auraient brûlé dans le feu du désert et ce châtiment aurait également atteint le territoire de Najran ».

telegramPour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join » En savoir plus: https://telegram.me/centrezahrafrance
15 septembre, 2017 Événements
plus septembre 15, 2017

Commentaires Facebook