Un autre regard sur la Déclaration Balfour par Hadassah BORREMAN
Publié par le

Un autre regard sur la Déclaration Balfour par Hadassah BORREMAN

Illustration : avez-vous remarqué les erreurs ?

 

Ci-dessous, un article que le site de Résistance antisioniste libanaise AL-MANAR rapporte concernant la Déclaration de Balfour.

C’est ce que chaque Juif devrait savoir, qu’il y a  eu une opposition ouverte et marquée en Angleterre et comment les grands politiciens anglais et allemands ont voulu se servir des Juifs pour régler leurs problèmes… et du rôle médiatique que la revue “Times” a joué en faveur des sionistes.

 À première vue, le combat contre le sionisme semble seulement politique, et c’est un combat politique vu que les sionistes sont un mouvement politique (non un mouvement religieux, et encore moins le Peuple Juif), mais c’est aussi une lutte spirituelle quand on sait d’où a été conçu le sionisme, des ténèbres et des renégats. Le sionisme est une œuvre diabolique !

 Notre combat contre le sionisme se poursuit. C’est en fait l’affaire de tous que de déraciner ce Mal, car cette hérésie est nocive pour tout le monde, Juifs et non-Juifs. Nous appelons particulièrement les Juifs antisionistes dans le monde, qui comprennent de quoi il en retourne, à prendre leurs responsabilités et d’être au front dans ce combat. Ne soyons plus ignorants et ne nous laissons plus manipuler !

Un siècle plus tard ,
« Times » révèle son rôle dans la déclaration Balfour.

 

Rédaction du site

 

Le 9 novembre 1917, le quotidien américain New York Times a publié un de ses plus importants documents de l’histoire. C’était le texte du message écrit par le ministre britannique des Affaires étrangères Lord Balfour pour le Baron II Rothschild.

Le message révèle : « Le gouvernement de Sa Majesté considère favorablement la création d’un foyer national pour le peuple Juif en Palestine, et déploiera ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif ».

Rothschild a eu la permission de faire passer ce message pour l’Union fédérale sioniste.

La Déclaration de Balfour a offert au mouvement sioniste le soutien de la superpuissance mondiale pour aplanir le terrain devant les vagues d’émigration en masse des Juifs, afin de paver la voie à la naissance d’Israël en 1948.

L’effet d’un tel message fatidique publié par le Times est bien connu. Contrairement au rôle joué par ce quotidien qui demeure ambigu jusqu’à maintenant.

Le Times ne s’est pas contenté de publier le soutien gouvernemental à un foyer juif, mais il a utilisé sa force, son autorité et ses pages pour encourager la Déclaration d’une part et pour bloquer le lobby antisioniste dans le pays d’autre part.

Alors que la société juive en Grande Bretagne soutenait majoritairement l’établissement de leur propre patrie, beaucoup de familles anglaises juives s’opposaient au sionisme, estimant qu’il n’y avait aucun besoin d’ une patrie juive indépendante. Pour eux, l’identité religieuse et l’identité nationale sont totalement séparées.

Ces antisionistes avaient des délégués dans un comité commun qui représentait l’alliance des associations anglaises juives. Ce comité avait été créé en 1871 pour lutter contre l’antisémitisme et comme Conseil représentatif des juifs.

L’un de ces opposants au sionisme influent était « Edwin Montago », le ministre d’État aux Affaires indiennes. Il était le seul juif dans le gouvernement.

Dans un mémorandum, Montago a écrit avec sagacité : « la politique de sa majesté est antisémite et elle fournira le terroir pour des sentiments antisémites partout dans le monde ».

De l’autre côté se trouvaient des sionistes, à l’image de Rothschild, du Premier ministre Loyd Georges, du lord Balfour, et du dirigeant du mouvement sioniste d’origine russe Haïm Weïzman ». Le Times aussi en faisait partie.

Dans un message privé adressé au propriétaire du journal, Lord North Cliff, le rédacteur pour les affaire étrangères Henry Steed a indiqué : « je fais tout ce que je peux pour aider les sionistes et jusqu’à maintenant le rédacteur m’offre la liberté totale ».

La lettre de Steed critiquait farouchement la position étrange du gouvernement de ne pas soutenir ouvertement l’établissement d’un foyer national pour les Juifs en Palestine. Elle indique que c’est Montago qui s’y opposait le plus.

Le soutien au sionisme au sein du gouvernement et dans les bureaux du Times était basé sur des calculs géopolitiques de guerre.

La Grande Bretagne était coincée dans une guerre contre l’Allemagne. Et comme les juifs avaient joué un rôle crucial dans la révolution bolchévique, le soutien à un foyer juif aurait dû les inciter à poursuivre les combats sur le front oriental. En même temps, de par cette mesure, les Britanniques s’attendaient à ce que les Juifs allemands réduisent leur soutien financier à l’Allemagne, et à attirer les Juifs des Etats-Unis pour qu’ils augmentent leur contribution dans la guerre contre l’Allemagne.

Selon Steed, le soutien au sionisme devait attirer la sympathie des Juifs à l’empire britannique pour l’aider à gagner la guerre contre l’Allemagne.

Les résistants aux sionistes ont néanmoins décidé d’agir.

 

Trois jours avant la conférence de l’union sioniste anglaise prévue le 20 mai 1917, ils ont envoyé un message au Times, sous le titre « la vision des juifs anglais », dans laquelle ils ont fustigé l’idée d’établir une patrie juive indépendante et tenté de bloquer le plan sioniste.

Les deux co-présidents du comité, David Lindo Alexander et Claude Montefiore, ont écrit dans ce message : « l’établissement d’une patrie juive en Palestine se base sur la théorie du déplacement, qui aura une influence sur le monde entier en taxant les juifs d’étrangers dans leurs pays d’origine. »

Or, ce message n’a pas été publié le lendemain, mais quatre jours plus tard, et d’une façon marginale et négligeable.

Entre temps, c’est la déclaration faite durant la conférence par Weizman qui l’a été. Il a dit que « le gouvernement de sa majesté est prêt à soutenir l’établissement d’un foyer juif en Palestine ».

Auparavant, le Times avait publié au moins trois messages échangés entre Lord Rothschild, Joseph Hertz et Weizman dans lesquels ils ont exprimé « leur honte de l’existence d’une opposition à l’espoir que les juifs ont toujours porté au cours des  2000 ans d’exode et de persécution ».

Les sionistes ont gagné la guerre médiatique, et le président du comité commun s’est finalement résigné.

Après un siècle, le conflit sur l’établissement d’un foyer juif perdure. L’un de ses premiers combats, peut-être le plus important, n’a pas eu lieu au Moyen-Orient, mais dans les pages du Times.

Sources : Times (traduit en arabe par al-Mayadeen )

http://french.almanar.com.lb/635292

 

 

Militante Juive antisioniste, Mme Hadassah BORREMAN est membre du Cercle d’Études rabbiniques YECHOUROUN-JUDAISME CONTRE SIONISME à Anvers. Elle dénonce depuis de nombreuses années la mainmise sioniste sur le monde. Avec son époux, M. Shmiel Mordche Borreman, elle manifeste à plusieurs reprises contre les différentes guerres imposées par l’entité sioniste au Moyen-Orient. En 2008, ils s’associent à l’idée d’une Alliance stratégique du Judaïsme et de l’Islam contre le sionisme en partenariat avec le Centre Zahra France et le Parti Anti Sioniste.

 

telegramPour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join » En savoir plus: https://telegram.me/centrezahrafrance
01 novembre, 2017 Actualité
plus novembre 1, 2017

Commentaires Facebook